Votez pour le nom de votre médiathèque !

Vous avez jusqu’au 4 février pour voter parmi les noms proposés afin de renommer l’Espace Culturel et Archives de Saint-Jean-de-Maurienne. Vous avez le choix entre cinq femmes qui ont marqué l’Histoire :

Louise de Savoie (1476-1531). Princesse de la maison ducale de Savoie, c’est la mère de François 1er qui fût roi de France. Elle épouse en 1488 le comte d’Angoulême avec qui elle aura deux enfants. Marguerite d’Angoulême (1492-1549), mariée à Henri II d’Albret, roi de Navarre, mère de Jeanne III d’Albret et grand-mère du roi de France Henri IV et François Ier (1494-1547), roi de France (1515-1547). Veuve à dix-neuf ans, elle se consacre à l’éducation de ses enfants. Elle est titrée duchesse d’Angoulême, duchesse d’Anjou et comtesse du Maine après l’accession de son fils au trône de France le 1er janvier 1515. Elle devient à deux reprises régente du royaume en 1515 et en 1525 lors de campagnes italiennes de son fils. 

Olympe de Gouges (1748-1793). De son vrai nom Marie Gouze, elle est une femme de lettres française devenue une femme politique. C’est l’une des pionnières du féminisme en France. Elle se distingue grâce à son texte de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Prônant la liberté des femmes, elle s’oppose à l’esclavage et à la peine de mort. Ses activités lui valent d’être arrêtée puis condamnée à mort.

Josephine Baker (1906-1975). De son vrai nom Freda Josephine McDonald, cette chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue et l’une des grandes résistantes françaises. D’origine américaine, elle devient française en 1937 suite à son mariage avec un français. Durant la guerre, elle chante pour les soldats au front et devient un agent du contre-espionnage français. Sous sa couverture de grande chanteuse elle travaille activement à la libération et transmet des messages à travers ses partitions. Au terme de la guerre, elle se voit décorée de grandes insignes (Légion d’honneur, médaille de la Résistance…). Elle entre au Panthéon en novembre 2021.

Lucie Aubrac (1912-2007). Grande figure de la Résistance française pendant la Seconde Guerre Mondiale. Dès 1940, elle organise l’évasion de plusieurs résistants dont celle de son mari, Raymond Aubrac. Prisonnier à trois reprises, c’est toujours sa compagne qui le fera s’échapper. La dernière évasion, en 1943 s’est produite sous les yeux de Klaus Barbie, dupé par la jeune femme. Elle deviendra ensuite clandestine et rejoindra Londres en 1944. A la fin de la guerre, elle sera faite officier de la Légion d’honneur, Grand-Croix de l’ordre national du Mérite et médaillée de la Résistance. Cette femme écrira également cinq livres et le film « Les Femmes de l’ombre » sera inspiré de sa vie.

Geneviève de Gaulle-Anthonioz (1920-2002). Résistante française puis militante des droits de l’homme et de la lutte contre les inégalités elle est la nièce de Charles de Gaulle. Etudiante pendant la Seconde Guerre Mondiale elle intègre la Résistance et se fait arrêtée par la Gestapo puis déportée en 1944. A son retour en avril 1945, elle s’engage pour d’autres luttes notamment la pauvreté. Elle entre au Panthéon en 2015.